Guez Emmanuel
25 Mai

Les personnages du réseau ont-ils besoin d’une dramaturgie ?

BIOGRAPHIE

Emmanuel Guez est artiste, théoricien des médias, auteur, commissaire d’exposition, enseignant. Ses réalisations artistiques mettent à l’épreuve, dans notre environnement machinique et numérique, quelques notions de la culture occidentale, telles que l’auteur, l’identité (anonymat, pseudonymat, hétéronymat), le désir d’immortalité, le monde de l’art et l’oeuvre d’art ainsi que l’écriture et la lecture. Considérant le réseau comme une scène, c’est-à-dire comme un espace et un temps publics de représentation, il cherche à en saisir la dramaturgie, dans une démarche tout autant littéraire que plastique. Ses recherches théoriques s’appuient sur ses productions artistiques et, traversées par la théorie et l’archéologie des média, elles interrogent les matérialités numériques et leurs effets politiques, culturels et artistiques. Ses productions sont souvent réalisées avec d’autres artistes ou théoriciens, ou encore en collectif. Certaines d’entre elles ont été et sont encore aujourd’hui réalisées anonymement ou sous pseudonyme. Depuis 2013, il est directeur de l’unité de recherche PAMAL (Preservation & Art – Media Archaeology Lab) à l’École Supérieure d’Art d’Avignon. Il a co-dirigé Les Sondes à la Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon (Centre National des Écritures du Spectacle) de 2009 à 2012. Il enseigne à l’ESA d’Avignon et aux Beaux-Arts de Paris.

Pour le suivre : https://emmanuelguez.

Résumé

Les personnages du réseau ont-ils besoin d’une dramaturgie ?
25 May 2016
Le personnage du réseau est-il un personnage de théâtre ? Tandis que dans le théâtre contemporain, le personnage en crise était en quête d'auteur, il a refait surface avec le réseau. Des auteurs et artistes (dont Emmanuel Guez fais partie) créent des personnages avec (et non sur) l'Internet, à la manière des hétéronymes de F. Pessoa ou des « pseudo » de R. Gary. Alors que le personnage de théâtre est écrit pour s'incarner dans le corps du comédien, celui du réseau est incarné par son auteur qui l'écrit en même temps qu'il le « joue », ou le « performe », parfois pendant plusieurs années. Les réseaux sociaux et les moteurs de recherche ont renforcé cet aspect, en donnant un « corps » aux personnages. Toute dramaturgie interroge le rapport scène / salle, pour des raisons artistiques et politiques. Ce rapport est-il ici encore pertinent, car la question est d'abord celle-ci : où est la scène ? où est la salle ?

Publications

  • Contribution d'ouvrage : « Le spectateur-joueur, une mutation du spectateur par le code », in Transhumanités : Fictions, formes et usages de l'humain dans les arts contemporains, Isabelle Moindrot, Sangkyu Shin (dir.), L'Harmattan, 2013. Articles
  • Contribution d'ouvrage : "Postface à Kittler (F.), Grammophon, Film, Typewriter", trad. fr., Les Presses du réel (à paraître)
  • Contribution d'ouvrage : "L'art média-archéologique, une repolitisation de l'art", HYBRID, n°3, U. de Paris 8 (à paraître)
  • Contribution d'ouvrage : "Art et archéologie des média", Newsletter CCC (HEAD, Genève) (à paraître)
retour